Articles, Media News, Uncategorized

Hi-Media rachète Ad’link

HimediaHi-Media, groupe français spécialisé dans le micropaiement et l’activité de régie publicitaire sur Internet, a annoncé ce lundi 6 juillet 2009 le rachat des activités display de la société allemande Adlink, regroupées au sein d’Adlink Media. Le groupe ainsi constitué ambitionne ainsi de devenir l’une des régies de publicité en ligne les plus importantes du marché européen. Adlink conserve pour sa part sa plate-forme de vente de noms de domaines Sedo et sa société d’affiliation Affilinet.

En 2008, le groupe Hi-Media enregistrait un chiffre d’affaires de 136 millions d’euros pour l’ensemble de ses activités, en hausse de 30 % par rapport à 2007.  L’activité display en représente environ 45 %.

Avec un capital détenu à plus de 82 % par l’Allemand United Internet, l’ensemble des activités du groupe Adlink a généré 222,5 millions d’euros en 2008. Son activité display, elle, représente 14,2 millions d’euros de chiffre d’affaires au premier semestre 2009. « Ce qui porte ses revenus annuels entre 55 et 60 millions d’euros », calcule Cyril Zymmermann, PDG du groupe Hi-Media.

Le montant de la transaction s’élève à 29,4 millions d’euros, dont 12,2 millions d’euros en numéraire et le reste en actions, portant la participation d’Adlink Internet Media dans le capital du groupe français à hauteur de 10,7 %.

Lundi 6 juillet à la clôture de bourse, l’action d’Hi-Media avait perdu 2,20 %, à 3,55 euros l’action.

Source : le Journal du Net

Publicités
Creative Ideas

Nike Victory : Signature ou pas ?

Une tendance en publicité est de ne plus signer les annonces ou les spots par la marque de l’annonceur. Le principe est triple :

* Faire réfléchir le spectateur: une interrogation génère toujours plus d’impact et de mémorisation.

* Donner envie à la cible publicitaire d’en découvrir plus via un site online et donc de la faire agir vis-à-vis du produit ou du service.

* Jouer sur une certaine vanité du coeur de cible :  » Toi, tu comprends car tu es initié et tu peux décoder le message sans qu’il ne doive  être trop explicite ».

Tout ceci paraît séduisant et a déjà donné lieu à de nombreux débats. Cette technique permet de créer plus aisément un buzz autour de la marque et d’initier par là même, le viral marketing. Mais attention. Souvent on réduit cette stratégie à l’ efficacité ou au dynamisme de l’ action « no branding » alors que celle-ci s’inscrit dans un sens plus large. Des marques, telle que Microsoft ou Nike qui ont utilisés ce type d’approche, se basent sur une notoriété forte déjà établie. Par ailleurs, elles communiquent en « no branding » qu’une partie minime de leurs investissements media.